Archives: Amazon

Aux USA, la guerre entre les auteurs et Amazon est ouverte.

De nombreux auteurs américains accusent Amazon d’abuser de sa position dominante pour imposer des prix trop bas à certains livres, et de gêner la distribution de certains titres. Il est bon de savoir qu’Amazon gère la vente d’un tiers des livres papier et de 90 % des ebooks. Si effectivement il pratique une forme de censure déguisée, on est face à un gros problème.

http://www.liberation.fr/culture/2015/07/14/aux-etats-unis-libraires-et-auteurs-s-attaquent-a-amazon_1347888

 

Amazon rémunère ses auteurs à la page : progrès ou régression ?

Amazon envisage de rémunérer les auteurs en fonction du nombre de pages lues. Les inconditionnels de la chose écrite sur papier crient déjà au scandale : ce système de rémunération peut favoriser un certain type de texte, où l’important est de prendre le lecteur au piège d’une histoire bien ficelée, même si elle est bâclée au niveau du style ou de la profondeur des personnages. Ce serait l’avènement du cliffhanger, ces astuces de scénario qui poussent le lecteur à passer au chapitre suivant. D’un autre côté, on constate que c’est déjà la règle aujourd’hui, surtout en polar : le succès d’un Guillaume Musso vient de ce qu’il bâtit des récits astucieux à défaut d’être originaux. Mais les amateurs de littérature plus intelligente préféreront de toute façon Faulkner, Bernhard ou Céline. Il ne faut pas toujours prendre le lecteur pour un idiot… ni les éditeurs pour des défenseurs acharnés du beau style. On n’a pas attendu Amazon pour publier « Da Vinci code »… et certains auteurs à succès, qui ne doivent leur bonne fortune qu’à des critiques complaisantes, perdraient sans doute pas mal de plumes dans ce genre de système. Certes, les gros éditeurs ont compris depuis longtemps que l’enjeu est que le livre soit vendu, à défaut d’être lu.

http://www.liberation.fr/culture/2015/06/22/amazon-va-remunerer-ses-auteurs-a-la-page-lue_1334593

Et surtout, qu’on y pense : les contraintes économiques ont parfois suscité des chefs-d’oeuvre. Ionesco a écrit des pièces de théâtre étonnantes avec peu d’acteurs et presque aucun décor : quand on n’a pas d’argent, on doit faire preuve d’imagination !

Livre numérique : Oyster, un concurrent pour Amazon.

Oyster est une start-up new yorkaise qui propose une offre d’abonnement pour la lecture en ligne. Comme Amazon, elle a trouvé un accord avec les principaux éditeurs américains.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/04/08/librairies-en-ligne-oyster-s-attaque-a-amazon-aux-etats-unis_4611918_3260.html

En France, les principaux éditeurs freinent toujours des quatre fers. Et pourtant, les librairies ferment les unes après les autres : à Paris, – 28 % entre 2000 et 2014 !

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/20/a-paris-des-librairies-moins-nombreuses-et-plus-excentrees_4597389_4355770.html

 

Une interview d’Hélène Mérillon, fondatrice de Youboox.

En France, Youboox est la première plateforme d’abonnement pour la lecture numérique. Hélène Mérillon, sa fondatrice, est convaincue du développement du livre numérique. Sa conviction est faite : l’avenir, c’est le streaming ! Pour les auteurs indépendants, Youboox est tout simplement indispensable.

http://frenchweb.fr/ebook-youboox-va-devoir-se-muscler-pour-garder-le-leadership-face-a-amazon/188211

La France, nouvel Astérix de l’édition.

Le village gaulois résiste contre l’invasion du livre numérique…   

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/02/19/l-offre-illimitee-de-livres-illegale-en-france-les-editeurs-divises_4579751_3234.html.

… et pendant ce temps-là, les librairies ferment les unes après les autres.

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20150218.AFP9240/la-librairie-la-hune-va-changer-de-mains-et-devenir-une-librairie-galerie.html

Alors, quel est le problème ? Amazon ? Ou bien la désaffection du lectorat ? Dans cette affaire, il faut renoncer à tout simplisme : Amazon vend surtout des livres papier, ce qui est tout bénéfice pour les éditeurs…

 

Accord entre Hachette et Amazon.

La guerre de Troie n’aura pas lieu ! Hachette et Amazon enterrent la hache de guerre et en arrivent à la conclusion qu’il vaut mieux collaborer que s’entre-déchirer. Peut-être aussi que la baisse des ventes des titres publiés par Hachette constatée depuis le début de cette « guerre froide » a pesé dans la balance…

http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/11/13/accord-entre-hachette-et-amazon-sur-les-ventes-de-livres-aux-etats-unis_4523414_3260.html

Amazon lance le Netflix du livre !

Amazon propose une formule d’abonnement quasi illimitée : pour 10 euros par mois, on a accès à 600 000 références. Les principaux éditeurs se tiennent à l’écart… mais pourra-t-on continuer à lire et à publier en France comme si le livre numérique n’existait pas ? Quoi qu’on dise, la chute des ventes en librairie est largement antérieure à l’arrivée d’Amazon sur le marché.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/10/08/20004-20141008ARTFIG00015-amazon-lance-son-netflix-du-livre-en-europe.php

Livre numérique : les opposants optent pour le grand n’importe quoi.

L’opposition au livre numérique prend un tour tragi-comique ! Que la question de la rétribution des auteurs soit posée, rien de plus légitime. Mais qu’on vienne affirmer que le développement d’Amazon, en accélérant la fermeture des librairies, est une cause de la montée des idées extrémistes, c’est juste du grand n’importe quoi… Comme si la fermeture des usines, l’abandon des politiques, la réduction des budgets sociaux, le chômage de masse ne constituaient pas des facteurs autrement plus aggravants ! Comme si les chômeurs avaient les moyens de se payer des romans à 20 euros… C’est tout bonnement insultant.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/09/03/l-edition-francaise-a-t-elle-des-raisons-de-craindre-amazon_4481078_3232.html

La fronde contre Amazon s’étend aux auteurs allemands.

La fronde contre les méthodes agressives d’Amazon fait tache d’huile : après les auteurs américains, ce sont les écrivains allemands qui se mobilisent. En cause, les restrictions d’accès au catalogue qu’impose Amazon vis-à-vis de certaines maisons d’édition, notamment Hachette et l’éditeur scandinave Bonnier. Devenue incontournable, la firme américaine ne serait-elle pas en train de s’aliéner la sympathie des auteurs ?  

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/18/apres-les-etats-unis-les-auteurs-allemands-se-mobilisent-contre-amazon_4472856_3234.html

Guerre Amazon-Hachette : état des lieux.

Un article qui synthétise parfaitement les enjeux de la lutte en cours entre les grandes enseignes de distribution numérique et les éditeurs. Faut-il protéger les secteurs traditionnels ? Accompagner l’évolution des habitudes de consommation ? Un débat qui est loin d’être clos. 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/13/comprendre-le-conflit-entre-amazon-et-l-industrie-du-livre_4470796_3234.html